Salle paroissiale neuve à Halluin

 

 Réhabilitation d'un presbytère en salles de réunions paroissiales à Roncq     

Derrière les grilles de la résidence dans laquelle il s'insère en plein centre de Roncq se trouve un petit équipement très original.

Une Bourloire. Piste où on joue à la bourle! Un tout petit nombre de ces pistes survivent encore aujourd'hui. Pistes au profil incurvé qu'on est incapable de refaire aujourd'hui tant la mémoire des méthodes et matériaux utilisés a disparu. Une très belle représentation existe au musée de "la piscine" à Roubaix par le peintre nordiste Rémy Cogghe.

Il convenait de sauver celle-ci, quand le bâtiment qui l'abritait était en fin de vie, et que les bâtiments adjacents devaient eux être démolis.

La volumétrie de l'existant devait être parfaitement respectée, "les affaires culturelles veillant...". Travail en parfaite cohésion avec les architectes des bâtiments de France, il va de soi.

On a donc construit une enceinte de protection en bac acier au dessus de la piste, le temps du chantier qu'on a fait très rapide grâce à l'ossature bois. La brique que l'on voit est une brique de parement de 11. Tuile pêtit moule, et menuiseries extérieures bois.

Sous des dehors très classiques, on est dans un des tout premiers bâtiments HQE terminé en communauté urbaine de Lille. 

Bâtiment destiné à être peu chauffé, pour ne pas risquer de dessècher la piste, il ne lui fallait pas trop d'inertie, et l'ossature bois se justifiait encore une fois, car elle permettait en même temps d'isoler beaucoup. Isolation fibre de bois, parement intérieur en Fermacell. 

Une petite partie en excroissance pour abriter le coin convivialité et sanitaire. Toiture terrasse végétalisée. Parements de façade en Red Cedar.

A Lompret, tout petit budget pour une maison pour les associations organisée autour d'une grande salle commune prolongée de boxes et 2 petites salles que les diverses associations pouvaient se "privatiser" pour y stocker leur matériel.

La façade reprend un thème architectural initié par la ferme du petit pas, autre bâtiment municipal assez proche, afin de contribuer à l'unité du secteur.

  

A Lompret, la mairie se devait de se montrer comme une mairie, avec son fronton "républicain", en pierre massive, sur le coté de la rue principale, presque face à l'église. Dans la tradition....

Et puis derrière, où doit vivre un bel espace piéton où il fait bon se tenir, ou jouer, et ou sortent les enfants de l'école, il y avait lieu de trouver une architecture un peu moins solennelle, et plus ouverte.

La salle du conseil et des mariages y ouvre généreusement son double fronton, et sous un petit kiosque en zinc à joints debout on trouve une entrée annexe.

Les bureaux sont rejetés sur la face opposée regardant la haie mitoyenne, au calme, mais aussi profitant de l'agrément du coté soleil.

Mairie de Lompret - Restaurant scolaire école Pasteur

Haute Qualité Environnementale - primé MIEL 21 - Chantier vert

surface SHON = 470 M² Livraison : 2005 Coût HT :  496 863€

M. O. public : Mairie de LOMPRET  - Mission complète, part en collaboration : néant

 

Recherchant un coût de fonctionnement minimum, et des qualités sanitaires irréprochables, il a été choisi de pousser le raisonnement au fond des choses et d'envisager cette construction dans le cadre d'une démarche de "haute qualité environnementale".

Le projet sera donc mis en face des 14 cibles de cette démarche pour faire les meilleurs choix pour toutes les phases de la vie du bâtiment: conception, réalisation, utilisation, maintenance, adaptation et déconstruction...

Les dispositions des plans vont donc tout naturellement en tenir compte quant aux implantations des différentes parties.

Du nord au sud, et de l’est à l’ouest, donc du froid au chaud on va trouver les locaux implantés graduellement selon leur T° de fonctionnement

-      En paroi nord les réserves, les poubelles, les circulations d’accès,

-      puis les chambres froides, le déboitage, la légumerie

-      au cœur de la construction les préparations chaudes

-      et au sud et est le réfectoire (utilisé à midi il aura bénéficié ainsi du maximum des apports solaires de la fin de matinée)

-      à l’est de la cuisine on aura les préparations froides et la légumerie, très bien éclairés naturellement dès le matin

-      à l’ouest de la cuisine on aura la laverie, qui fonctionnera en fin de service donc plutôt après midi

Les dispositions du descriptif en termes de choix des matériaux et matériels aussi.

-      Les murs sont en béton cellulaire de 30cm, très isolant, et ne risquant pas les pourrissements dus à l’humidité (lavages à grande eau)

-      Le principe du Monomur permet de supprimer tous les ponts thermiques

-      Les menuiseries sont en bois imputrescibles sans nécessité de traitements aux sels toxiques (mélèze, Douglas, ou bois rétifié – chauffé à 180°)

-      Les vitrages sont les plus isolants « basse émissivité »

-      Le sol du réfectoire est en linoléum (copeaux de bois) pour limiter les résonances des bruits

-      Les plafonds sont en matériaux volontairement variés et non réverbérants, et offrent une volumétrie pleine d’asymétries. L’ensemble de ces facteurs le rendent propre à piéger naturellement  le son dans un grand nombre de ses fréquences

-      Les tuiles sont en terre cuite

-      La récupération des EP assure l’alimentation des WC, et permettra le nettoyage des poubelles ou l’arrosage

-      Les peintures sont écologiques à solvant eau, ne dégageant aucun composé organique volatil

-      Les briques extérieures viennent de Lomme pour limiter au max. les transports

-      Le système de ventilation est à double flux, permettant de réchauffer l’air entrant avec l’air sortant au travers d’échangeurs performants. Parallèlement la partie cuisine reste en légère surpression afin que les masses d’air ne puissent transiter depuis les parties réfectoire vers les parties cuisine. Ainsi on limitera les risques de contamination des préparations

-      L’installation solaire y trouve aussi sa place. 7m² de panneaux pour un ballon de 300 litres. Les apports solaires sont déjà bien présents même pendant les périodes froides. (60° sur une autre installation de 5m² de capteurs lus un jeudi 22 mars). Elle alimente les gros besoins en eau chaude que sont le Lave vaisselle et le nettoyage du sol. Besoin : environ 600l./jour

-      L’installation de chaudières fait appel à 2 chaudières en cascade, à la fois synonymes de meilleurs rendements, et à la fois garantie d’une sécurité de chauffage accrue, en cas de panne d’une des 2. Energie : gaz naturel

-      Comme rien ne devra se perdre en chauffage les dissipateurs de t° des frigos donnent dans le garage qu’ils maintiennent ainsi hors gel

-      L’ouverture de Velux est motorisée au sommet du réfectoire pour permettre de dissiper les excès de chaleur d’été

-      Toutes les ampoules d’éclairages font appel à des matériels de très basse consommation, mais avant tout les surfaces vitrées sont généreuses pour éviter d’avoir à s’en servir.

En termes de programmation, le projet comporte trois parties principales:

- la première concerne les enfants.

On trouve d'abord une zone vestiaire, et un sanitaire d'appoint

Ensuite doit se développer un réfectoire où on compte environ 110 couverts, à répartir dans un espace sous divisé en coins où on pourra facilement séparer les plus grands des plus petits. Le volume sera variable en hauteur afin d'éviter les problèmes de résonances.

On mettra en place un mini self pour donner plus de choix aux enfants.

- la deuxième concerne la préparation des repas et le nettoyage.

Cette partie permet, selon le contrat à passer avec le fournisseur, de préparer complètement les repas, ou d'en rester à la solution anciennement  pratiquée d'un simple réchauffage et conditionnement ultime des plats.

Il a été prévu entre autres 2 chambres froides, permettant de garantir la plus grande capacité à garder la chaîne du froid pour toutes les préparations.

Pour permettre la préparation totale, on a installé une légumerie, un bureau, et du étendre les sanitaires-vestiaires du personnel qui forcément est plus nombreux dans ce cas

Les matériels mis en oeuvre ont repris autant que faire se peut les matériels anciennement en service, n'ajoutant que le nécessaire.

Toutes les dispositions souhaitables en termes sanitaires sont mises en œuvre, et cela va jusqu’au auvent sur la porte d’entrée fournisseurs permettant de décharger à l’abri de la pluie (propreté intérieure plus facile).

- la dernière partie est celle des annexes techniques ; à l’étage on trouve toute la ventilation et le chauffage, qui peut ainsi être parfaitement entretenu, du dessus sans amener aucun risque de contamination collatérale dans la cuisine, et sans devoir la mettre hors service ni devoir faire des nettoyages en plus. On y voit l’ampleur de l’installation de ventilation (absente de l’ancienne cantine).

Coûts

Pour finir, en termes de coût construction, les 1034€ HT/m2 obtenus, hors VRD et chantier sont au vu des volumes et de la technicité, particulièrement avantageux et la preuve que la performance énergétique n'est pas synonyme de coûts délirants pour qui veut bien l'aborder avec un minimum de réflexion.

 G. POULIQUEN, architecte dplg